Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

05/04/2012

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/jpg/insigne_gendarmerie.jpg

 

Dans le cadre de la coopération Franco-marocaine, le projet de 1987 définit un partenariat de formation des spécialistes de l’aéronautique militaire au sein de la Gendarmerie Royale. Se plaçant dans une perspective d’autonomie totale de la partie marocaine, les deux coopérants mis en place suivent et contrôlent la qualité de l’instruction, garantissent la cohérence avec l’enseignement français, adaptent et mettent en place les formations nouvelles. Ainsi sont formés sur place les spécialistes de la maintenance, les pilotes et les instructeurs qui grossiront les rangs du

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/jpg/AMY_mel.jpg

Groupement Aérien (GA) de la Gendarmerie Royale.  

Mis en place pour deux ans, les coopérants œuvrent chacun dans leur domaine de compétence. 

Le conseiller technique maintenance, titulaire du brevet d’officier mécanicien des matériels aériens, est issue de l’Ecole Supérieure et d’Application du Matériel (ESAM). Il est chargé de l’adaptation de l’enseignement des cours aux matériels détenus, ainsi que du suivi de la formation des spécialistes de la maintenance. Actuellement se déroulent un stage de mécaniciens cellule et moteur concernant 14 personnes dont 4 marins (session 2008-2009), un stage de brevet supérieur de technicien cellule et moteur avec un effectif de 7 stagiaires. Les formations dispensées concernent également les spécialistes en avionique des aéronefs et les mécaniciens volants (stage prévu en mai 2009). . 

2. L’officier pilote, ayant exercé au sein de l’école d’application de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (EAALAT), est le conseiller direct auprès du chef du Groupement Aérien et du Chef du centre école en matière de formation ab initio des pilotes d’hélicoptères. Il participe par ailleurs aux formations spécialisées de haut niveau, telles que le vol avec dispositif de vision nocturne (JVN) et le vol aux instruments (VI).  

Ce partenariat permet à la gendarmerie Royale de maintenir un niveau de qualification particulièrement élevé de son personnel. Les formations dispensées, conformes aux stages de l’école d’application de l’ALAT (Dax et Le Luc en Provence) et de l’ESAM de Bourges sont validées par une commission d’examen française, et la délivrance de brevet ALAT et du Matériel. 

 

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/jpg/SUC30011_mel.jpg 

 

Les moyens mis en œuvre au Sous Groupement d’Instruction et de Formation Aérienne (SGIFA) stationné sur l’aéroport de Rabat-Salé appartiennent tous au Groupement Aérien (GA) basé en périphérie de Rabat. Ce dernier possède une gamme d’hélicoptères à forte dominance française (Alouette II, Alouette III, Gazelle, Dauphin, Ecureuil, Puma et Super Puma) démontrant l’attachement profond des marocains à conserver une coopération étroite entre nos deux pays. 

 

Pour maintenir la capacité opérationnelle de son parc aéronefs, les personnels qualifiés sont en mesure d’effectuer des interventions techniques de niveau 2 ainsi que des Révisions Générales (RG) dans une infrastructure adaptée. 

Soucieux de conserver un haut niveau technique et opérationnel, le Groupement Aérien de la gendarmerie mobilise des moyens importants pour renouveler sa flotte et poursuivre ses efforts dans la formation de ses cadres. Les prochaines années verront l’arrivée d’hélicoptères de nouvelles générations dotés d’équipements les plus modernes et aux capacités opérationnelles équivalentes aux appareils français. 

 

La mise en place d’une formation adaptée, efficace à moindre coût des futurs personnels servant ces hélicoptères sont les nouveaux défis des coopérants en place au sein du SGIFA. D’instructeurs spécialistes en 1987, à conseillers techniques, responsables qualités, et formateurs spécialisés en 2009, tel a été l’évolution de ces deux postes de coopération et qui en fait son intérêt. 

 

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/jpg/INSTRUCTEURS_COURS_IFR_mel.jpg 

 

Les liens étroits qui unissent le groupement Aérien de la Gendarmerie Royale et l’ALAT ainsi que l’arme du matériel française n’est plus à démontrer. Néanmoins cette confiance au savoir-faire français ne sera renouvelé qu’en poursuivant une collaboration permanente, par une présence constante, et au plus près du commandement du Groupement Aérien.